Club Table Ronde

Toi, oui toi là!! Inscris toi !!

Multiples activités ludiques, jeux de sociétés, de stratégie, de cartes, de rôles.

Vacances de pâques, Polo Beyris fermé les 22 et 29 Avril

Créer votre personnage

Partagez
avatar
Yaug
Chevalier

Messages : 104
Date d'inscription : 23/09/2015
Age : 30
Localisation : Bayonne

Créer votre personnage

Message par Yaug le Dim 13 Nov - 17:03

Vous commencez avec un personnage niveau 1.
Pour les races, vous pouvez jouer ce que vous voulez hormis Elfe.

Les Demi-Elfes
Parmi les étals des marchés, les curiosités des Étalages de nuit
et les visiteurs originaires d’autres pays et d’autres plans, il n’est
pas étonnant de trouver des individus qui partagent le sang des
elfes et des humains. La plupart des demi-elfes du Katapesh
viennent d’Avistan plutôt que de l’étendue Mwangi. La plupart
d’entre eux apprécient la simplicité avec laquelle ils se fondent
parmi les commerçants du pays mais, à l’ouest, ils se font plus
rares et leur présence est souvent due à la carrière qu’ils ont
choisie : religieux, mercenaire ou marchand. Certains sont
connus pour s’être installés dans les communautés isolées
de fermiers et de cultivateurs de pesh, où l’on accorde plus
d’importance au talent et au travail qu’à la race.

Les Demi-Orcs
Les orques sont rares au Katapesh et leurs rejetons sangsmêlés
le sont encore plus. Comme les demi-elfes, les demiorques
qui traversent l’océan Obari pour se rendre au
Katapesh cherchent à fuir les préjugés raciaux et la haine de
leur foyer. La plupart des demi-orques ne sont pas doués pour
le commerce et le marchandage, ainsi beaucoup trouvent que leur force et leur aspect intimidant conviennent parfaitement
aux activités malhonnêtes comme le vol, le racket de protection
ou l’esclavagisme. Pourtant, l’Église de Sarenrae, très présente
dans tout le pays, abrite un nombre étonnant de demi-orques
qui tentent de réconforter ceux qui sont venus aussi loin
pour échapper à leur passé et pour les aider à se racheter.
En dehors des villes cosmopolites de l’est, les demi-orques
se heurtent à la méfiance et à la discrimination habituelles.
Comme les orques sont rares au Katapesh, beaucoup de gens
les confondent avec les demi-orques, une erreur qui entraîne
souvent de dangereux affrontements.

Les Humains
Les humains constituent la race dominante du Katapesh, ce
sont des marchands, des nomades, des explorateurs et des
vagabonds que l’on trouve partout dans ces terres arides, des
rivages de l’océan Obari jusqu’aux pentes des pics d’Airain.
Les Garundi et les Kéléshites forment la majeure partie de la
population, mais on trouve toutes sortes d’humains sur les
marchés et les routes commerciales. On rencontre même des
peuples exotiques que l’on voit rarement ailleurs, que ce soit
en Avistan ou au Garund, comme les timides commerçants
du Tian Xia ou les marins cultivés du Vudra. En dehors
des grandes villes, de petites communautés de mineurs, de
fermiers et d’artisans tirent leur maigre subsistance de la terre
aride. Ces villageois nouent des liens avec les anciennes tribus
nomades qui sillonnent les déserts du pays et le veldt central.
Pourtant, ces fiers nomades se montrent parfois distants,
voire ouvertement hostiles envers les sédentaires et les autres
tribus. Beaucoup de villes et de villages apparaissent et se
développent grâce aux pistes caravanières avant de disparaître
soudain, victimes de la pauvreté, du climat implacable ou des
attaques de pillards, humains ou non.

Les Nains
À l’est, les nains se font rares en dehors de la capitale. Le
commerce florissant et le frisson que procure le marchandage
attirent des commerçants nains venus du monde entier mais,
en dehors des pistes caravanières et des bazars labyrinthiques de
la ville, rares sont ceux qui s’installent au Katapesh. Ils ont une
solide réputation de vendeurs intraitables, très durs en affaires.
Les marchands humains, plus habitués à marchander et à faire
des concessions, sont mal à l’aise quand ils doivent négocier
avec eux. Beaucoup de commerçants katapeshiens refusent de
traiter avec les nains, mais nombre d’étrangers apprécient leur
franchise et leurs prix stables. Les nains préfèrent voyager par
voie de terre plutôt que par voie de mer. On les trouve donc sur
les routes marchandes qui mènent au nord, à Ipeq ou Sothis,
ou qui partent vers le sud, vers Quantium. Des communautés naines frontalières apparaissent et disparaissent régulièrement
à l’ombre des pics d’Airain, alors que les mineurs cherchent
inlassablement à faire fortune dans les montagnes riches en
cuivre et en étain. Les plus grosses populations se trouvent
dans les villages miniers de Bouclier-d’étain et Arnvoghot, au
nord de Solku, où les nains extraient de l’étain, mais l’on dit
que ce sont les mines de Zolurket qui sont les plus riches... et
les plus dangereuses.

Les Halfelins
Après les humains, les halfelins forment la race la plus
répandue à Katapesh et à Solku. Ils adorent les marchés fourmillants, les produits exotiques, les gens, les créatures
étranges et toutes sortes de plaisirs. Dans certains quartiers,
ils sont même plus nombreux que les humains et forment
leurs propres communautés. Les halfelins préfèrent les terres
et les êtres civilisés qui bordent la côte. On les trouve sur les
étals des marchés, dans l’équipage des navires marchands,
dans la domesticité de luxe des riches commerçants ou à la
tête de toutes sortes d’entreprises criminelles. Mais malgré le
prestige et les divertissements dont les halfelins bénéficient
dans tout le Katapesh, c’est aussi l’une des races les plus
vulnérables du pays : les gnolls et les Katapeshiens savent
à quel point les nobles du nord aiment avoir des esclaves
halfelins. Les rumeurs évoquent des halfelins enlevés à
leur domicile ou dans la rue et vendus sur les marchés aux
esclaves du Qadir, du Chéliax ou du lointain Vudra. C’est
pourquoi les halfelins du Katapesh sont très prudents et très
suspicieux, surtout vis-à-vis des humains et des gnolls.

Les Gnomes
Les Katapeshiens confondent souvent les gnomes avec les
halfelins. Les gnomes adorent les grandes villes et les marchés
colorés de l’est, mais ils préfèrent les vastes étendues de
l’intérieur des terres, en particulier la petite ville gnome de
Trouveplaine. Les oasis mystiques, les immenses plaines et les
étranges créatures du pays semblent envoûter les voyageurs
gnomes et les inspirer. Yavipho et Roseau de Tiven, deux
communautés gnomes importantes, se sont développées autour
d’une oasis et d’un trou d’eau dans le Katapesh central. Elles
sont devenues des haltes très populaires pour les caravaniers à la
recherche d’un marché où vendre des produits qu’ils n’arrivent
pas à écouler ailleurs. Les gnomes apprécient particulièrement
le pesh, qui les affecte comme les autres races mais ne provoque
pas de phénomène de dépendance. Les gnomes ont de bonnes
raisons d’avoir peur de vivre au Katapesh : les pillards et les
esclavagistes considèrent leurs communautés comme des
proies faciles. Certains marchands d’esclaves confondent les
gnomes avec les halfelins et n’apprécient guère d’apprendre que
leur marchandise n’atteindra pas le prix escompté

Autres races
Au Katapesh, la race, la naissance et l’héritage ne veulent
rien dire, c’est l’or qui détermine la valeur de chacun. C’est
pourquoi de nombreuses races que l’on voit rarement dans le
reste de la mer Intérieure parcourent les rues de Katapesh et
commercent d’égales à égales avec les plus répandues. Parmi
ces visiteurs hors du commun, les gnolls des pics d’Airain
sont les plus connus. Ils ont une réputation d’esclavagistes
et de brigands bien établie et sont connus pour vendre sur
les marchés de l’est ce qu’ils volent ou enlèvent à l’ouest.
Tout le monde craint les hommes-bêtes et s’en méfie, mais
personne ne peut rivaliser avec eux en matière d’efficacité et
de succès dans leurs entreprises sans scrupules. Beaucoup
de gnolls de deuxième génération, élevés près des villes
humaines ou en leur sein, éprouvent plus d’affinités pour
leurs partenaires commerciaux que pour leur propre peuple
et certains quittent leur tribu pour choisir une nouvelle vie,
loin de leur société sauvage.
Les marchés du Katapesh accueillent également des
voyageurs venus d’au-delà de Golarion et des êtres avec du
sang extraplanaire. Les janns sont les plus répandus mais les
djinns, les éfrits, les marids et les shaitans sont à peine plus
rares. Les messagers méphites, les gardiens élémentaires
et les marchands asimaars ou tieffelins se rendent parfois
au bazar sur ordre de leurs maîtres étrangers. Les êtres
plus maléfiques, comme les morts-vivants, les daémons, les
diables et les rakshasas cherchent des trésors pervertis sur
les sinistres Étalages de nuit.
avatar
Yaug
Chevalier

Messages : 104
Date d'inscription : 23/09/2015
Age : 30
Localisation : Bayonne

Re: Créer votre personnage

Message par Yaug le Dim 13 Nov - 17:24

Les classes

Barbare
En dehors des immenses marchés et des rues bordées d’or
de Katapesh, la plupart des habitants du pays mènent une
vie simple, en accord avec les anciennes traditions et les
caprices de la nature. Les nomades katapeshiens parcourent
les plaines et les déserts centraux du pays, d’oasis en oasis,
toujours prêts à se défendre contre les dangereuses créatures
qui peuplent ces étendues arides. Pendant des siècles, les
nomades ont protégé leur territoire contre les intrus et
les autres tribus. En effet les divers clans s’accrochaient
farouchement à une hiérarchie élaborée, entre alliances et
rancœur. Ils sont ainsi devenus d’excellents combattants.
Plusieurs tribus se sont arrogé des terres fertiles et des
oasis, et malheur à l’imprudent qui vole sans le savoir ces
gens fiers. En plus des nomades de l’intérieur du Katapesh,
les gnolls des pics d’Airain et les elfes sauvages de l’étendue
Mwangi déambulent parfois parmi les gens plus civilisés et
apportent avec eux des talents et une sauvagerie inconnus
des gardes et des mercenaires habituels.

Barde
Le Katapesh a une longue tradition de saltimbanques.
Des extraordinaires conteurs capables d’insuffler la vie
à d’anciennes légendes aux danseuses voilées des cours,
enveloppées d’un nuage d’encens, les coutumes exotiques
et envoûtantes du Katapesh émerveillent les spectateurs du
monde entier. Les histoires occupent une place particulière
dans les différentes formes d’art de la région et les conteurs
de talent gagnent respect et honneur, surtout chez les natifs
du pays. Les seigneurs, les marins et les nomades aux yeux
écarquillés se rendent dans des salles envahies de vapeur
pour contempler les tournoiements des ecdysiastes et
écouter la philosophie des orateurs. Les musiciens travaillent
d’arrache-pied pour maîtriser les mélodies ancestrales en
pinçant les cordes de leur oud ou de leur qanun, en soufflant
dans leur zurna ou en frappant leurs zill. Quelle que soit leur
spécialité, les saltimbanques sont très recherchés dans tout
le pays et les meilleurs vivent dans un luxe incroyable, dans
l’entourage des riches nobles et des seigneurs marchands.

Prêtre
Difficile de ne pas remarquer les prêtres d’Abadar qui
traversent les rues bondées avec leurs robes tissées d’or et
leurs turbans incrustés de gemmes. C’est de loin la religion
la plus répandue à l’est du Katapesh. Les abadariens veillent
à ce que rien ne vienne perturber le cours du commerce
et leurs banques au dôme de bronze, qui font aussi office
de temples, attirent chaque jour des hordes de fidèles et
de marchands. À l’est, les serviteurs de Sarenrae sont plus
nombreux et tous les indigènes craignent et respectent la
puissance et l’ardeur du soleil. Pour les Katapeshiens, la
Fleur de l’aube est une déesse bien plus exigeante que chez
les autres peuples. Ils la prient pour qu’elle les aide et les
épargne, mais ils sont assez sages pour ne pas attendre
la moindre intervention de sa part. À Solku, l’Église de
Iomédae attire les gens qui doivent affronter les dangers
des pics d’Airain et autres étendues sauvages. Néthys et Irori
rassemblent un nombre conséquent de fidèles dans tout le
pays, parmi ceux qui cherchent à percer les secrets du corps
et de l’esprit grâce à d’anciennes formes d’art ou en méditant
sous l’influence des drogues.

Druide
Même si l’intérieur du pays se caractérise par des déserts
arides et des veldts monotones, le Katapesh n’a rien d’une
région désolée. De la côte accidentée aux pentes abruptes des
montagnes, sur les hautes terres craquelées et dans les oasis
luxuriantes, étranges créatures et plantes exotiques forment
un écosystème aussi beau qu’implacable, protégé par les
rares druides du pays, stoïques. Bien décidés à défendre leur
terre natale, les tribus nomades katapeshiennes envoient
parfois leurs membres « regarder le lion dans les yeux, » un
périple dans les étendues sauvages au sens propre comme
au figuré, où le voyageur fait face aux créatures les plus
dangereuses de la région. Les survivants tissent souvent des
liens privilégiés avec les animaux et prennent des territoires
ou des troupeaux entiers sous leur protection. Les druides
de l’eau suscitent le respect chez les habitants des zones les
plus arides, où ils sont très appréciés pour leur capacité à
pourvoir aux besoins des animaux et des gens respectueux
qui luttent pour survivre dans le désert.

Roublard
Dans les villes du Katapesh et leurs environs, toutes sortes
d’opportunités s’offrent à ceux qui possèdent une langue
dorée, des doigts agiles et des pieds légers. Qu’ils agissent
en pickpockets solitaires, en hommes de confiance ou
qu’ils fassent partie d’une guilde de voleurs, les criminels
sont légion au Katapesh. Sur certains marchés comme
les Étalages de nuit, il n’y a guère de différences entre les
marchands et les escrocs. Cela dit, toutes les personnes
rusées du Katapesh ne sont pas forcément des criminelles.
Les riches nouveaux venus sont prêts à payer cher pour
un guide qui connaît les secrets de la capitale et même
les résidents de longue date engagent des acheteurs et
des négociants professionnels qui savent où se procurer
telle ou telle marchandise. Hors de la ville, les espions et
les éclaireurs les plus talentueux surveillent les dangereux
sauvages et guettent de nouvelles opportunités, comme des
veines de métaux précieux dans les montagnes ou, dans les
plaines fertiles, des champs où poussent le pesh et autres
précieuses plantes.

Guerrier
Au Katapesh, un guerrier compétent ne manque jamais de
travail. Dans les villes, les marchands prudents engagent
des hommes de confiance et les nobles craintifs emploient
des armées de gardes du corps. Les bandes de voleurs et
de brigands recrutent des gros bras pour toutes sortes de
mauvais coups et, sous les rues bondées de la ville, lutteurs et
gladiateurs s’affrontent lors de sports sanglants et brutaux.
Hors des murs de Katapesh, les nomades développent de
redoutables talents et manient leurs cimeterres avec une
précision létale, tandis que les caravanes confient leur
sécurité à des gardes souvent plus téméraires que doués.
Et plus à l’est, les communautés rurales et les villages
frontaliers ont toujours besoin de chasseurs, de soldats et de
protecteurs de talent pour repousser les hordes de gnolls et
de créatures encore plus dangereuses.

Magicien
La magie du Katapesh doit beaucoup aux traditions arcaniques
de ses voisins. Des érudits mystiques se plongent dans les
connaissances de l’Ancien Osirion et tentent de percer
des secrets perdus dans le désert depuis bien longtemps.
Les sociétés magiques du sud influencent les magiciens
du Katapesh. Les orgueilleux transmutateurs du Nex et
les stoïques nécromanciens du Geb négocient avec eux les
secrets de leurs arcanes. Les magiciens katapeshiens ont leurs
propres traditions : ceux qui contrôlent le climat, apprivoisent
les éléments ou créent des ressources sont très appréciés, mais
les plus grands restent les lieurs de génies, des invocateurs
qui savent marchander avec virtuosité, comme seuls les
Katapeshiens savent le faire, ce qui leur permet de piéger de
puissants génies. Ils peuvent ensuite remodeler le monde
grâce aux souhaits qu’exaucent leurs esclaves élémentaires.

Moine
Même si le Katapesh ne semble pas être l’endroit idéal pour
trouver l’illumination de l’esprit et discipliner la chair, des
commerçants de passage issus d’innombrables sociétés
apportent avec eux leur philosophie et les enseignements
de leur peuple. Les fidèles de Néthys et d’Irori pratiquent
les disciplines spirituelles et physiques, en général dans des
ermitages et de petits monastères à l’ouest du pays, mais
leurs doctrines ne sont pas les seules à influencer les gens qui
cherchent à maîtriser les arts martiaux. Les visiteurs venus
de Jalmeray et du lointain Vudra possèdent des techniques
ancestrales de contrôle physique et de maîtrise de la douleur.
Les rares voyageurs originaires des rivages légendaires du
Tian Xia ne révèlent pas les secrets de leur étonnante école
de combat, à part à quelques élus. Dans les profondeurs des
pics d’Airain, on dit qu’il existe de petits groupes d’étranges
ascètes qui mettent en pratique les enseignements d’êtres de
foudre et de pierre.

Paladin
Pour lutter contre la décadence d’un pays embourbé
dans le vice, les guerriers saints de nombreuses religions
veillent attentivement sur les intérêts de leur divinité.
En tant que protecteur des villes et du commerce, Abadar
envoie des soldats en armure dorée au Katapesh pour
protéger ses banques-temples, encourager le commerce et
éliminer la corruption. Sarenrae possède une chevalerie
particulièrement active dans la région mais ses guerriers
sont plus altruistes. Ils cherchent à aider les gens qui se
sont installés sur ces terres hostiles et à protéger les routes
des bêtes affamées. Les croisés de la Sentinelle de l’aube
de Solku tiennent un rôle particulier. Ils servent la déesse
en repoussant les groupes de gnolls et autres dangereuses
créatures derrière la frontière occidentale. Les paladins de
Iomédae sont peut-être les plus célèbres de tous car, il y a
peu, ils ont brisé le siège gnoll de Solku lors de la bataille de
la Grêle rouge et depuis, ce sont les héros du royaume.

Rôdeur
Ceux qui chassent les bêtes ou les hommes n’ont aucun
mal à trouver du travail au Katapesh. À l’ouest, où rôdent
de redoutables monstres et les sauvages humanoïdes des
pics d’Airain, les chasseurs de talent sont précieux. Certains
se déplacent de village en village pour proposer leurs
services ou vendre les fabuleuses peaux de leurs proies les
plus exotiques. À l’est, dans la ville de Katapesh, ceux qui
se montrent capables de traquer des gens ou de retrouver
des disparus dans l’anonymat des foules se font payer très
cher pour libérer des esclaves kidnappés, chasser les voleurs
ou se charger des créatures comme les morts-vivants ou
la vermine, qui infestent les endroits les plus peuplés.
Certains chasseurs se méfient également des visiteurs les
plus exotiques : ils se souviennent d’histoires de guerre et
d’incursions fiélones, ainsi ils se tiennent prêts à défendre
leur pays contre les extérieurs et les élémentaires.

Ensorceleurs
Même si les génies sont rares, ils sont très présents dans les
légendes et le folklore du Katapesh. C’est pourquoi il n’est
pas étonnant que nombre d’ensorceleurs prétendent avoir
du sang de génie. Dans beaucoup de pays, ces affirmations
seraient considérées comme de stupides vantardises mais,
au Katapesh, il y a des chances que ce soit la vérité. On
trouve des ensorceleurs dans toute la nation mais ceux
qui naissent au Katapesh sont généralement originaires de
l’ouest, des communautés rurales ou des tribus nomades,
et beaucoup disent être les descendants de grands héros
natifs de contrées magiques. Les marchands qui viennent de
loin apportent leur héritage dans les villes, qu’il s’agisse des
tieffelins au sang de fiélon, des parents des nagas du Vudra
et des parle-mers du sud lointain. Au Katapesh, la sorcellerie
est partout mais elle n’est jamais monnaie courante
avatar
Yaug
Chevalier

Messages : 104
Date d'inscription : 23/09/2015
Age : 30
Localisation : Bayonne

Re: Créer votre personnage

Message par Yaug le Dim 13 Nov - 17:25

Les caractéristiques de départ sont 18/16/14/12/12/10
avatar
Israphel
Paysan

Messages : 2
Date d'inscription : 29/09/2016

Re: Créer votre personnage

Message par Israphel le Lun 14 Nov - 11:56

@Yaug a écrit:Les caractéristiques de départ sont 18/16/14/12/12/10

héhéhéhéhé bounce

bien bien bien
avatar
Yaug
Chevalier

Messages : 104
Date d'inscription : 23/09/2015
Age : 30
Localisation : Bayonne

Re: Créer votre personnage

Message par Yaug le Dim 20 Nov - 12:55

Pour les intéressés, je vous invite à vous rendre à cette adresse:

http://www.pathfinder-fr.org/Wiki/Pathfinder-RPG.MainPage.ashx

Vous trouverez pleins d'idées de classes supplémentaires, alternatives, de dons, de sorts, etc...
avatar
FACTICE
Paysan

Messages : 10
Date d'inscription : 21/01/2016

Re: Créer votre personnage

Message par FACTICE le Jeu 1 Déc - 22:23

Une partie où les elfes sont banis...
Ca m'plaie bien ça! Dommage que je n'arrive déjà pas à jouer toutes mes partie autant que je le voudrais. Je me serais bien inscrit.
avatar
Yaug
Chevalier

Messages : 104
Date d'inscription : 23/09/2015
Age : 30
Localisation : Bayonne

Re: Créer votre personnage

Message par Yaug le Jeu 1 Déc - 23:05

@FACTICE a écrit:Une partie où les elfes sont banis...
Ca m'plaie bien ça! Dommage que je n'arrive déjà pas à jouer toutes mes partie autant que je le voudrais. Je me serais bien inscrit.

ah dommage que les places aient été prises, ça aurait été avec plaisir. J'aurais l'occasion de faire jouer à d'autres trucs dans l'année

Contenu sponsorisé

Re: Créer votre personnage

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mer 28 Juin - 23:08